AU BOIS ET A L’OEIL

Je suis le gars qui passe du temps avec les arbres. Dans ma tête, je parle,

Des regards, une main sur leur bois,

Je crois que « les autres » ne trouvent pas cette relation normale.

Mais, j’ai des problèmes avec « les autres », je crois,

De manière générale,

Quoiqu’il en soit.

Il doit y avoir un décalage d’objectifs entre beaucoup et moi.

Il y a quand même ceux qui me donnent parfois,

Alors, j’explose avec l’énergie de vouloir leur rendre mille fois.

Probablement que je n’ai pas reçu assez pendant l’enfance. 

Nous sommes beaucoup comme ça, je pense.

Il a fallu juste du temps pour comprendre.

Comprendre qui nous sommes finalement. L’entendre.

Sortir de l’image que nous avons de soi. 

En la distinguant de celle que l’on renvoie.

J’explose des mots et des doigts,

Mais, avec « les autres », les « grands »,

Cela ne se fait pas. Il y a des lois,

Et je ne suis qu’un adolescent,

Aux mots rois,

Coulant du stylo d’argent.

Qui disparaît dans les bois.

C’est là que, alors toujours bien reçu,

J’ai grandi,

Sans jamais avoir été déçu.

C’est ma vie.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.