MA FEMME EST GROSSE

Le gros de trop posera son pied lourd là,
Et le vieux continent basculera.
Dans l’océan,
Il s’enfoncera,
Doucement, lentement,
Coulera,
Fera, par levier,
Le continent Africain se lever, se dresser,
Monter verticalement,
Jusqu’à faire tomber, comme des mikados sur le sol,
En les regardant s’écraser, ses maigres habitants,
Sur le ventre, les épaules,
Sur les dents.

Allez les gros vous faire vacciner,
Vous êtes prioritaires, au bout de quatre mois,
Prioritaires, comme les ambulances dans la circulation,
Devenus miraculeusement une priorité de la nation,
A moins qu’il ne faille juste remplir les stades,
Pour cela, organisez une tournée d’Indochine,
Le groupe, pas le pays, ou bien faites vacciner les cons.

L’épine de CHAR

« Prend-on la vie autrement que par les épines ? »

René CHAR

Culturellement faible, ne sachant pas dans quel contexte elle a été pensée, voilà une citation faisant cependant partie de mes vitamines de croissance.
Elle n’est pas joyeuse.
Paraît pessimiste même et, à ce titre, j’imaginais la contester.
Mais, le demi-siècle à l’horizon, la réponse me semble être « non ».
L’épine de CHAR est cette épine cérébrale de l’apprentissage par déviations.

Qui érige la douleur en conseillère.