CROCOVID…

…se déplace à la vitesse de notre déliquescence,
Carnassier, rapide,
Doué de la force de notre arrogance,

Mais il n’est que couteau à entailles,

Nous sommes prévenus,

Le prochain sera virulent, purulent,
Tout aussi vif,
Plus incisif,
Pour chacun, le serpent qui siffle dans le sang,

Il sera ce bouquet d’aiguilles rond,
Né de nos sodomies de la croûte terrestre et salissures d’azur,
Nos vomissures,
De notre dédain de la préservation,

D’autrui,
De l’autre,

Nous sommes prévenus et coupables,
La prochaine lame tranchera.

Nous sommes prévenus,
Valons deux,
Et pouvons encore protéger la Grande Bleue…

…Dernier avertissement.

BOUT DU NEZ

Le bonheur n’est pas « au loin ».
« Là-bas », au milieu des fleurs et de lagons.
Inutile de pédaler 8000 kilomètres.
Fantasme d’impuissance.
Qui vise à confondre la quête du beau avec celle de la quiétude.

Le bonheur ni ne se monnaye,
Ni ne s’échafaude à force d’objets et de boulimie des sens.
Le confort, si.
Ce dernier, je le nommerai « Le bonheur acquis ».

Alors que je vous parle du bonheur inné.
Le nu.
Celui des sensations de cervelle.
Ou charnelles.

L’R de Rien

….Dicton…
« …Grosse voiture, petite quête…. »

Hey !
Je suis presbyte !……les bras m’en tombent…

La référence est la marche d’avant. Nous n’existons que dans son dépassement : ce que nous nommons le progrès. Ou l’emballement.

Si j’avais à mendier sur un trottoir,
En tendant mes mains en forme de creuset,
De douceur se remplir je souhaiterai les voir,
Celle de l’écorce touchée, de la dernière page cornée,
La douceur offre un pli d’apaisement immédiat et sans condition,
Ses additions, un amortisseur des tensions,
En période de crise planétaire,
Ou ordinaire.

Dans 3 ans, j’aurai 49,48 ans.

HYSTÉROVIRUS

….crise sanitaire…confinement…découverte amère….et je n’imaginais pas non plus à quel point les gens se font chier chez eux.
Ils ont su anticiper.

Mais, je ne suis pas surpris.
La solitude, l’observation, la réflexion ni ne se préparent pas, ni ne s’improvisent. Elles se pratiquent.
Vide intersidéral.
Fil de bave abyssal.

Je reprends là les propos de Sylvain TESSON …après une « chute de nid ». Placé en coma artificiel, réveillé huit jours plus tard, trois mois après cet accident, il raconte  « Ces trois mois de repos, de sobriété, de silence, d’examen de moi-même ont été bénéfiques. Ma vie était un carnaval endiablé et légèrement suicidaire, il était bon de ralentir un peu les chaudières intérieures, de descendre du train. Je conserve une paralysie de la face qui me donne un air de lieutenant prussien de 1870. J’ai aussi perdu l’ouïe à l’oreille droite mais, étant partisan du silence, que René CHAR appelait « l’étui de la vérité », je ne m’en plains pas.

Notre société est devenue hystérique et bruyante ».

Voilà.

« Hystérie ».

Juste.

Le confinement offre aujourd’hui une modélisation de notre de vie en observant simplement nos médias et nos gouvernants.
Ceux qui bougent encore.
Ceux qui doivent parler et ceux qui s’invitent tous seuls dans le débat.

De virus, nous n’en avons pas qu’un.
Le premier est mortel.
Le second est « décérébral ».

De politiques, nous en avons assez pour ne rien entendre,
De scientifiques, nous en avons assez pour ne rien comprendre,
De journalistes, nous en avons assez pour nous pendre,
Ce dont nous manquons, c’est de philosophes.

EN PASSANT…..XXXVII

« Corona », dans ma culture, est une marque de bière.
La prochaine Corona citron que je vais boire, je la fais bouillir.



« Vous êtes presbyte » me dit il en me tendant la main.
Je lui proposais alors que nous nous fassions la bise.



« Tout en fumant ma cigarette du matin, j’ai réfléchi au fait que je suis un grand pervers. Je suis à la fois exhibitionniste (…), voyeur (…), sadique (…), masochiste (…) scatologique (…), fétichiste (….), . Et j’en suis très heureux »

Joël Le Scouarnec, chirurgien digestif . Dit « Le Boyau ».

Si vous n’y voyez pas d’inconvénient, confiez le moi. Rencontrer des gens aussi « heureux », ce n’est pas tous les jours dans notre société. Je devine une foule qui va se faire une joie de continuer à lui donner du plaisir.

La pendaison offre des sensations formidables.