LOU AVEZ UN MESSAGE

Lou, je ne sais pas te dire pourquoi le monde juste autour de notre maison est devenu aussi médiocre et la planète aussi désagréable,
Suspendus à la morgue de cet humain,
Ne méritant que le diable,
Nous étions tranquille. Juste bien.

Se rassurer de ta présence,
La fierté de te voir déambuler,
L’envie de te voir, sans filtre, respirer,
Emprunter le temps de l’existence,

Chez moi, dire n’est pas,
Alors, je transgresse,
J’écris, tu vois,
Et, je le confesse,
De cette nasse, distingue-toi.

LE HASARD N’EST QU’ABANDON DE L’ESPRIT

Il ne vient à l’idée de personne de faire le lien de la naissance d’un Variant sur un sol qui est celui du précurseur vaccinal.
Les principes de coïncidence et de hasard sont fainéantises de l’âme. Connaissez vous l’histoire du dopage ? Cette histoire des dopés qui courent plus vite que les poursuivants. L’histoire du train d’avance.
Messieurs les gouvernants, il est temps d’utiliser une ressource jusque là inutilisée, en friche, en souffrance : votre intelligence.
Votre capacité d’anticipation. Celle qui intègre les capacités léthales de l’Homme dans la chronologie.
Regardez qui traversent vos frontières, avec quels passeports et avec quelle monnaie.
Mettez vos statisticiens et polices sur le coup. Aussi.
Puisque la philosophie et l’Histoire ne vous intéressent pas.

Le pangolin est innocent. Libérez le.

OPEN ÂMES

Bien sûr qu’elle est sombre. Il est 16h00 et nous sommes au cœur de l’hiver rural. Loin des champs nucléaires.

Avez vous un problème avec le sombre ?

Il n’est écrit nulle part que les photos doivent être lumineuses. Nulle part sauf dans les revues à vendre et sur les murs à éclairer.

Par contre, qu’elles soient fidèles au regard ne se décrète pas; c’est leur essence.

Ainsi, je photographie ce que je vois à l’instant où je le vois : devant vous des photos assemblées avec une uniformité de ton et de lumière.

Une photographie fixe son monde à une heure précise. Pas le monde tel que nous l’idéalisons avec des couleurs et de l’éclatant. Beaucoup se trompent, d’autres en font commerce et, de nos esprits, des prostitués du regard.
Ils sont trafiquants d’âme.

Regardez là.
Attentivement.
Vous ne verrez pas la montagne blanche et vierge de vos croyances.
Vous verrez des strates.
Du sol froid au ciel inquiétant.
Avec une raie de roches figées au milieu. Sa puissance.

Vous verrez ce que je n’ai pas vu.

Regardez bien chaque photographie la prochaine fois au lieu de passer devant comme un gamin trop vite devant une boulangerie trop grande.  
Déçu de ne pas y trouver ce que vous auriez dû y trouver.
Racontez vous votre propre histoire.