COMPLÈTEMENT Beurré

Petit matin.

De ceux que nous apprécions à leur juste valeur et avec lesquels nous faisons corps. Puisque que nous ressentons.

Petit matin.

De ceux qui nous rappellent gentiment que l’air peut être vivifiant et qu’il serait judicieux de le respecter. Il n’est l’air de personne mais, l’air de rien, il est là pour tous. Pour nous. Pour moi.

Petit matin.

De ceux qui creusent un peu plus le petit creux et qui nous poussent nonchalant, presque indifférent, mais mort de faim, vers ce petit coin où flotte l’enseigne « Boulangerie ».

Indifférent dignement. Pour montrer que nous ne sommes pas intéressés…oh non ! Le demandeur est bien le vendeur…. et, puissamment armé d’une monnaie que les doigts de la main droite jaugent dans la poche, j’avance.

Assez de pièces pour s’offrir ce que deux mains peuvent porter. Ce petit matin, décidément, est un délice. Il ne se refuse rien.

Il s’enhardit…..je lance alors un regard à travers la fenêtre légèrement embuée dedans et légèrement embuée dehors. La viennoiserie est coquine. Elle se cache, partiellement, totalement.

Elle t’appelle de ses reflets.

Il faudrait entrer pour concrétiser la rencontre espérée.

Cependant, j’ai un problème. Pire, un dilemme : j’ai le choix. Deux boulangeries clignotent dans mon cœur. Elles me sont toutes deux inconnues. Je vais passer à coté de l’une d’entre elles.

J’exulte d’une part et une tristesse m’envahit ailleurs. Une boule au ventre tombe dans le petit creux. Comme la boule de billard. Je dois l’expulser. Faute de quoi, l’indécision emporterait la décision.

Et aucun boulanger ne gagnerait son pain.

Inconcevable à cet instant gémit le creux. J’ai mis le creux alors en balance. Jusqu’à ce que le poids du creux l’emporte. La balance bascule vers la boulangerie la plus proche : le sport est dangereux quand on a faim.

Je frotte donc la buée extérieure et me heurte de nouveau à la buée intérieure. Double protection. La viennoiserie est bien gardée. Patrimoine Français, Madame, Monsieur !

J’aperçois la boulangère, ses miches, derrière. Celles de devant aussi. Elles respirent le beurre à travers la fenêtre. J’ai un bon sentiment…j’aime bien le beurre.

Maintenant que j’ai dessiné sur la vitrine avec mes doigts, je suis redevable. J’en ai assez fait et pas assez vu. L’opulence de la boulangère me fait signe d’entrer.

Il faudrait une glace sous les miches, de pain, pour découvrir le derrière et l’arrière de la boutique. L’achat d’un pain au chocolat ne devrait rien devoir au hasard.

Tel maître, tel pain.

Je rentre !

Sourire de la boulangère qui jauge l’énergumène qui achète ses croissants par transparence. Je me dis qu’elle a de la chance que je l’ai choisi. A ce titre, la monnaie qui balance, je m’octroie le droit, en tant que client, d’observer de plus près les contours de la boulangère.

Voir si l’ensemble est bien le fruit de gourmandises répétées. D’un travail acharné dédié à la qualité du produit. Dans l’intérêt du consommateur.

Pour voir si la vitre n’est pas déformante et juste calculée pour attirer l’innocent.

La relation de confiance est importante pour l’achat d’une madeleine.

Je suis rassuré. Et me dis que je ferai bien un deuxième tour. Peut être même que je reviendrai. Un jour. Faire 200 kilomètres pour revoir la boulangère.

Mettre la main dans la patte.

C’est fou ce qu’un petit creux peut égarer l’esprit. La faim est bestiale.

En attendant mon tour, les pensées dans la farine et sur la table à pétrir, mon regard porte sur une porte.

Celle qui glisse vers l’antre au levain. Et qui s’obscurcit soudain à l’arrivée d’un pantalon à carreaux. Le pantalon semble aussi large que les carreaux sont petits.

J’assiste à l’entrée de l’artiste, le boulanger.

Il ne peut rentrer qu’en marche arrière. De biais, ça ne passe pas. Pourtant, cette porte me paraît normalement dimensionnée. Un rapide coup d’œil dans la boulangerie pour vérifier que les dimensions sont respectées. .

J’ai eu peur, un instant, d’être dans un décor. Et que les baguettes ne soient que des demi-baguettes avec un étais derrière. Comme dans les films de FarWest.

Qu’on m’ait roulé dans la farine. Celle dans laquelle j’étais en train de me vautrer avec la boulangère.

Mais, non, l’extraordinaire ne vient pas de l’endroit. Mais de l’humain.

Le boulanger a réussi à s’extraire de la porte avec sa dernière production toute chaude, en avant première de flûtes et de brioches. Il recule encore pour passer le flambeau à la boulangère.

Transmission de savoir faire…

j’irai bien aider à mettre dans les panières. J’aurai l’air d’un cornichon entre deux bouts de pain…..

Le boulanger se retourne alors. L’envie de la scène certainement. De se mettre en lumière. Du contact avec le client fan. Pas trop quand même. Pendant ce temps là, ça ne pétrit pas, ça ne cuit pas et ça ne roule pas.

C’est du pain perdu…..

Nous n’aurons pas d’autographe : en stylo, il n’y a pas sa taille.

Mais, pour honorer notre présence matinale, notre courage à se lever tôt, pour nous remercier d’avoir choisi sa boulangerie et pas l’autre au coin de la même rue, celle de Dumollet, un grand con tout maigre, pour communier à l’heure des oiseaux rois, nous avons droit, en Guest Star, à un sourire…

…des dents sont parties lorsque le sucre a du rentrer….il n’y avait pas de la place pour tout le monde, il faut croire….

..et moi, devant un tel tableau, la boulangère avec ses miches devant-derrière, le boulanger en ambassadeur officiel d’un beurre roi, c’est décidé !

Je reste !

LA RECETTE DU CANARD GLACé

Prenez un lac légèrement gelé. En hiver de préférence.

Prenez un caillou de taille approximative. Vague.

Mettez vous à genoux et taisez vous.

Lancer bien haut le projectile. Haut et assez loin pour ne pas le prendre en pleine tronche.

A l’impact, visez, shootez….ça veut dire « Cliquez ». Si vous shooter dans l’appareil, vous prenez le risque de rater la recette du canard glacé.

TONKA

Dire,

Avouer avec les mots, avec les yeux,

Avec les mains, avec les pieds, avec ce que tu veux,

A quelqu’un qu’il nous manque,

C’est lui réclamer ce qu’il n’a pas à la banque,

Lui demander,

Même avec sa meilleure volonté,

Ce qu’il ne peut te donner.

Mais, d’accord, les idées sont faites pour être transgressées…

… j’ai ouï dire.