TROUS D’AIR

A force de vouloir ressembler aux images, les regards nous enjambent et se posent déjà ailleurs.

Notre cheminement est une enchainement de compensations. Nous sommes attirés par le vide. Par le manque. Par l’absence.
Aspirés par la possession des envies.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *