TEMPÊTE SOUS UN CRANE

Le plus difficile dans la perception, l’accueil du handicap de l’autre est de dépasser le bout de son nez.
Une fois ce cap, que dis-je, cette péninsule, ce pic, ce roc dépassés, la tempête se calme.
Nous sommes prêts.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.