ENCRE DE PINES

La « masse média » est devenue une bonne grosse pute de trottoir.

Le plus souvent, à la maison, la télé est noire : elle n’est plus crédible.

L’information y est tellement diluée que, pour se faire remarquer, elle tapine.

Ses journalistes animateurs sont devenus des maquereaux à lunettes noires et pétoires à taches d’encre. A chaque bout de stylo, un trou d’balle. Des journalistes à deux balles. Qu’ils gardent la seconde dans le cas où ils devraient être torturés.

Cette masse fait son racolage à l’aide de titres accrocheurs et anxiogènes.

« Avant », je ne sais pas.
 » Aujourd’hui », ce qui la fait vivre n’est pas la recherche de la réalité mais le nombre de connexions effarouchées ou assoiffées.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.