DEUX SANGS

Cœur battant,
Sang rouge et noir,
Les mains inondant,
La bouche, le regard,
Bras et pieds ballants,

Fermés, révulsés, les yeux crevés ,
Les chairs s’élèvent, dégoulinant,
Des tâches de sang,
Sur le papier, éparpillées,
Collées, séchées, figées, au firmament.

L’eau coule et caresse les plaies,
Un bruit sourd, une veine zèbre sa peau,
Le rouge et l’onde fondent en violet,
En cristal de billes puis bouteille de verre dans le ruisseau,
Immobile, squelette dénudé, évaporé,
Voyageur sur ce radeau,

Masse océan noir-bleue,
Charriant la pépite de sang, d’or et d’argent,
Il descend, sombre, s’isole dans ce creux,
Miroir englouti du paradis du vent,
Il s’envole à deux.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *