CAROLINE LA COCHONNE

…c’est avec le regard hagard de six heures du mat’ que l’enquête commence. Ce regard éclairant du « regard bovin ».
Il me semble de circonstances.
Fondamental de se mettre dans le cuir des personnages.
Impossible de rester en civil dans de telles situations.

L’enquête a été confiée à la BAC (Beef Anti-Criminal) à laquelle j’appartiens.

Enfilé le costume du bœuf au style antédiluvien. Nous avons franchement l’air de cons…ils ont ajouté une cloche. Pu— !.. nous ne sommes pas des vaches !…Nous ne travaillons pas chez Milka !…les administrations se caricaturent au quotidien…ces gars ne connaissent pas le terrain…Ce sont des « veau-rien » si j’osais l’écrire.

Refusée la castration…
Je fais comment après pour les enquêtes de meurtres dans les corridas ?..
Je mets quoi comme costume ?
Ça me fout les boules tiens !…

…Me voilà donc parti.
En ruminant…
…oui, professionnel jusqu’au bout des sabots.
Au poil.
J’ai même loué des mouches.

Alors, d’après les premiers éléments de l’enquête, effectivement, il apparaît bien que la Caroline serait bien une cochonne.
Une spécialiste du porc donc.
C’est bien ce qui se dit dans l’État où je suis…

(…..Silence)…

….ce qui est étonnant pour une tortue. Vous en conviendrez.

Et c’est à ce moment là que l’enquête a commencé à piétiner.
S’est mise à avancer à deux à l’heure.
Ce qui me laisse le temps de trouver un p’tit costume avec une carapace.
A rayures.
C’est mieux pour la ligne que les carreaux.
Ça me mincit.
En tout cas, « là-haut » , je les connais, avec leurs idées de camouflage, ils vont m’obliger à bouffer de la salade.

(…..Silence)…

Je continue mon enquête.
Là, je ne bouge plus.
Bientôt 8 heures de planques et de filature.
Nous avons déjà parcouru 2 mètres.

Elle avance bien cette enquête.

LES GRANDS ÉCARTS

Les reflets dans une eau immobile, limpide ne sont pas symétriques.
Ces écarts nourrissent le regard et forment la différence.
Son observation est progrès. Elle nous interpelle.
Les curieux se cultivent et forgent leur tolérance.

Le racisme est terre sèche.
Le raciste n’est pas curieux.
Il a peur.
Il est conservateur.

Se penser supérieur nécessite une grande fermeture d’esprit.