Boing ! Boing ! Boing ! …

Le champ des cicatrices est un trampoline à émotions.

Le choc émotionnel de l’Un.
Qui décolle et va marcher sur la lune.
Certains, plus distants avec l’événement ou plus éloignés de la victime, parleront d’une déception.
J’emploie le mot fracture.
Fracture cérébrale.
Le type de syndrome qui ne guérit pas.
Chacun d’entre nous, l’âge avançant, cumule ces dommages de l’âme.
Elles se voient de l’extérieur pour celui qui regarde bien.
Ces parties visibles sont nos cicatrices.
Les plus douloureuses sont invisibles.
Trop profondes à l’œil nu.
Elles nous marquent et nécessitent parfois la main tendue de la science.
Si ancrées pour quelques-unes qu’il faut un expert pour la découvrir,
Et comprendre que nous nous sommes construits autour de la plaie.

L’exercice du verre à moitié vide consiste à appuyer sur la fracture.
Le geste devient douloureux et la cicatrice une crevasse.

L’exercice du verre à moitié plein consiste à appuyer sur la fracture.
Le geste devient douloureux et la cicatrice un champ d’audace.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *