TEMPÊTE SOUS UN CRANE

Le plus difficile dans la perception, l’accueil du handicap de l’autre est de dépasser le bout de son nez.
Une fois ce cap, que dis-je, cette péninsule, ce pic, ce roc dépassés, la tempête se calme.
Nous sommes prêts.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *