RACINES

Envoyé un bout d’Automne,
Un bout du môme,
Que j’étais, qui a poussé au milieu des branches,
En s’y accrochant les bras, le cou, les hanches,

Si souvent perché,
J’y ai découvert le silence, l’immobile et la pensée,
C’est là que je reviens inlassablement,
Et, de craquements en craquements,

Inondé de rien, tout nu habillé,
Je sais que c’est là, par les bois abrité,
Que ce corps existe,
Loin de la lumière, de la piste,

Là, au milieu du bleu, du vert, du jaune,
Au cœur du juste, les poings abandonnent,
Envahi d’air, les pieds ancrés,
Et devant toi, l’éternité.

VAFFANCULO

Souvenir de vacances

Message aux sacs à merde qui ont saccagé, démonté notre voiture à TURIN, foutu par terre nos vacances et qui ont emporté mes lunettes : attention, ce sont des lunettes de vue avec une correction à droite de 0.5 dioptries !

La vie ne m’apprend plus rien non plus : c’est toujours l’histoire des gentils et des méchants, des assureurs et des voleurs.

Merci à Pino pour le coup de main et Enzo pour le coup de fil.

MADAME SIMONE

Il y a TRÈS peu de TRÈS grandes personnes parce qu’il y a finalement TRÈS beaucoup de petites personnes.

Combien de minables pour une si grande dame.

Elle est rentrée au Panthéon. C’est une très bonne décision. Madame SIMONE va pouvoir, enfin, se reposer de toute cette bêtise qu’elle a combattu inlassablement et qui, inlassablement également, gangrène toujours comme la rouille le fait sur le métal.

Madame SIMONE est rentrée au Panthéon.

Et il y a encore des cons dehors.

Soyons lucides, nous pouvions en compter dans les gradins.

Ce n’est pas nouveau. Ce qui m’inquiète, c’est le rapport des forces.