E = mc²

Pour que la réussite des uns éclate aux yeux de tous, qu’elle soit flamboyante,
Il faut contempler, apprécier et faire durer l’échec d’autres.
La famine, le décharnement n’ont de sens que face à l’opulence, au gras, aux excès.

Notre succès est le résultat de nos objectifs. Il peut être total ou limité.
Mais, si nous n’avons ni triché, ni volé, retourné notre âme ou exploité, quelle que soit l’issue, elle est méritoire.
Dans le cas contraire, cela fait du héros un reflet.

Tout est relatif.

LES INFRA-ORDINAIRES

L’Histoire avec un grand H est l’histoire continue d’infra-ordinaires qui ont permis de révéler les héros qui ornent les livres et les plaques de rue. Les héros du monde moderne sont diplomates. Auparavant, stratèges de guerre ou guerriers eux mêmes.

Les infra-ordinaires ont une intelligence au service de l’ambition strictement personnelle, du pouvoir politique. Ou d’une fortune si grande qu’elle ne peut être dépensée. L’infra ordinaire en chef, Hitler, a imaginé détenir la planète. Cet homme, minable, a révélé des talents. La hiérarchie des minables s’est construite naturellement. Elle s’est alimentée sans peine. Le recrutement a été aisé. Sur la base des crédules et, finalement, sur la base de ce qui anime trop chacun d’entre nous : l’orgueil.

Ne croyons pas que cette époque est révolue. Que la médiocrité est partie avec les morts. Et que, fort de l’expérience de l’odieux et des pourritures montrées du doigt, la nuit a fait place au soleil.

Les infra-ordinaires salissent l’Homme en continu et fixent les infinis de ce dont il est capable. Et, malheureusement, ils fixent des repères pour les autres. Justifiant certaines autres cruautés comme ordinaires.

Acceptables.