GILLES LE JAUNE

Pissez au cul de la marge bénéficiaire des multinationales, elles en auront toujours assez,

Ce n’est pas le travail qui fait leur beurre,

C’est la spéculation de noirs cravatés qui finissent par s’étouffer,

Soit dans leurs millions, soit dans leurs cachets.

Le travail n’est que la vitrine, le point d’entrée, le prétexte à l’orgie monétaire. Une croyance de salarié.

Mais, ne fuyez pas; l’herbe n’est pas plus verte ailleurs.

Elle n’est verte que dans les champs.

EN PASSANT…..XXV

Personnellement, avant, Donald, c’est un prénom que j’aimais bien.

Beaucoup de personnes se lancent dans la chirurgie esthétique « d’extérieur ». A fonds perdus ou en low cost.
Il y a certes des nez, des oreilles à corriger ou des seins à sculpter.
Mais, la plupart du temps, c’est une chirurgie de l’intérieur qui est à entreprendre.

RETOUR A LA TERRE

Ce que je retiens de ces deux dernières années ?

« Il faut cultiver son jardin » écrivait Voltaire qui était loin d’être un âne.

Pour le cultiver, il faut le définir.

Il faut constater ses bosses, ses trous et ses carrés d’herbe parfaits.

Quoi qu’il en soit. Il sera déjà bien assez grand pour toi.

Et toute graine qui viendra s’y jeter au grès du vent et y pousser devra être observée dans un premier temps.

Dans un second, tu pourras la faire grandir ou l’arracher.

CON – FIANCE

Nous nous efforçons de masquer notre absence de confiance. Et nous luttons pour transmettre un sentiment de confiance.

Celui ou celle qui n’a pas à produire ces efforts ose. Il n’est limité que par le jugement social d’autrui. Mais, à priori, ce n’est pas un critère de fonctionnement.

Une absence de confiance est fatiguant.

L’excès, invalidant.

NEWTON

Notre monde est un pommier. Vous êtes ses pommes.
Grosses, malades, mures, vertes ou fripées,
Tout en haut, prés du sol ou cachées,
Nous devons en accepter tous les défauts, nos imperfections d’Homme,

Ne pas regretter nos manques, nos choix,
Sur des chemins heureux, détournés ou plombés,
Vie lumineuse ou d’affamés,
Destin éteint, à demi-maux ou de roi,

Mais, pendues ici ou là, ces pommes aux diverses destinées,
Finissent toutes par se détacher,
Pour retomber sur terre, s’y enfouir,
Et ce pommier nourrir.

 

EN PASSANT…..XIII

Je distingue trois états de maturité dans cette vie qui nous est prêtée : celui de enfant, de l’adulte puis, enfin, celui de la libération.

Nous passons d’enfant à adulte lorsque les poussins quittent le nid. Vers 50 ans.

Vers 70 ans, d’adulte à libéré au départ de nos créateurs.

A chaque « passage », les valeurs éducatives sont bouleversées : nous perdons tout d’abord notre autorité. Jusqu’à ce moment où nous ne sommes plus jugés.