AUTANT DE FEUILLES QUE DE SOLDATS…

…tombés.

Pourquoi la guerre, Maman ?

…..Pourquoi ? Ah……(silence)…..Tiens, ramasse ton nounours, il est tombé derrière le siège….

…Pourquoi, Maman ?…(Sourire)…(Elle se tourne). Vous savez vous ? Pourquoi la guerre ?

(Il éteint sa musique).

…..Peut être parce que, à la fin, il y a un vainqueur et un vaincu. Comme ça, on sait qui est le plus fort.
Médaille d’or et médaille d’argent…
…La guerre, c’est une compétition du pouvoir….
Vous savez, c’est l’histoire de la taille de la bite. Dit il en rigolant…(Elle bouche les oreilles du fiston en souriant)….(elle comprend).

Pardon… en gros, c’est ça. Ajoute t’il en mimant. Petite. Grande…(silence). Je caricature. Oui. Je sais.

Mais, vous savez, nous ne sommes pas loin du bout du bout. De l’histoire du début de la haine.

La quéquette (…rebouche les oreilles) est un repère dans l’exercice du pouvoir pour certains. Un prétexte à la compensation aigrie pour d’autres.

En réalité, comprenez que je vous parle de fierté. De la fierté des cons. Capable d’envoyer à la boucherie les inconnus du bataillon. En prétextant que c’est leur mission, leur rôle. « Qu’ils sont fait pour ça », « Enfin bon, c’est comme ça »… »les meilleurs s’en sortiront, vous savez… »

Et que, en aucun cas, c’est pour eux. Car eux, ils sont intelligents. Ils gouvernent. Pour le bien de tous mais bien sur pour eux. Et dans eux, il y a surtout moi, ma gueule. Cette gueule qui parfois m’insupporte. Riche et moche. Et si tu devais choisir maintenant, mon con ?
Tout autant que cette petite quéquette. Qu’il faudra bien sortir le jour J. Avouer sa disproportion avec le pouvoir que j’ai acquis, volé ou que ma famille a acheté à coups de fusils, de grandes rivières de sang, de tortures. Raffinées évidemment. Nous sommes à la cour. Les boudoirs devant les mouroirs. Les bonnes manières de l’enfer.

Leur destin ? laisser la trace de leurs décisions…. »Bien sur que j’ai raison ». Porter blason, étoiles, barrettes me rend élégant dans l’exercice de mes fonctions.
Je suis fait pour ça. J’ai été fabriqué pour ça. Pour présider aux destinées. Fils de grande lignée. J’ai le style.
Observez bien ce pas cadencé. Je montre. Reproduisez, petites gens.
Notre force est dans notre élégance. Messieurs. De la tenue, courez droit !
De la classe pour crever, nom de dieu ! Tombez en héros !
Soyez digne de moi !

Je suis celui qui conduit les autres. Au chaud, bien nourri, études de géo-stratégie.

La stratégie du plus bel enculé, oui. Le port de tête du porc.

Vas y, p’tite bite ! Mets les les bottes, connard ! Enfile ton treillis, prend ta gourde, ta ration et sors toi les doigts du fion, laisse les tes barrettes de bourgeois de guerre. Sur ton marbre. Pars avec les fils de rien, et tu fais pareil, hein, tu dis au-revoir. Dignement, hein ! Droit. Comme à l’école, froid, le casque sur le front.

Tu salues à l’équerre et tu fermes ta gueule, tu pars à la guerre.

Adieux à ta femme, tes enfants, aux parents devant la télé qui s’inquiètent.
Parce qu’eux, ils sont encore là. Mourir de vieillesse luxueuse, certainement. Mais, possiblement, sans eux. Ceux qu’ils ont inventés, élevés.
Vite, retrouver les photos. Au moins ça, bordel. Etre certain de l’image. Classer.

Refaire l’histoire avant qu’elle ne vous échappe au nom de la gloire d’un pays, d’une cause dont certains ne savent même pas comme elle s’écrit.
Signe en bas.
C’est par là, chair pour cons. Viande pour cochons.
Pas très cher à canon.

Pour nos vieux, au mieux, un mauvais souvenir. Des histoires au coin du feu, dans le salon des fous, le lit des découpés, des fracassés.
Au pire, une caisse en bois, une croix.
Y’a pas le choix.
Une médaille, mon con ! Une médaille de bravoure.
Sois fier, mon fils, ton père est là. Non, ne regarde pas. Imagine seulement. Sois fier, nom de dieu. Sois à la hauteur. Il a fait le voyage pour toi.

Pourquoi la guerre, mon fils ? Pour sauver ta planète. En inconnu, en héros.
Il n’est pas né « assez haut » pour revenir en première.
Épingler ses barrettes bleues crasseux, vertes dégueulis sur sa veste cintrée, pantalon coincé et souliers cirés.

Et pour toi, stratège de mes deux, tu te souviens de moi ? Pas de caisse de roi. Rien. Sapin.
Comme les copains. La croix blanche dans le grand champ. Comme les copains.
Le marbre, je vais te le coller dans les poches. Que ton âme reste en bas, bien moche.
Pas de faveurs, hein !

…Tu te rappelles….Tu salues à l’équerre et tu fermes ta gueule, tu restes à la guerre.

Dans le froid, l’eau qui mouille. Tu fais avec. Garde à vous ! Garde à toi ! Respire la peur, mange ta soupe. Parce que c’est là que tu les envoies, théoricien de mes deux. C’est là que la viande à canon s’assoit. Dors, pisse. Parce qu »ils sont faits pour ça, hein ? Ils sont les gardiens de la haine. Les sauveurs du mal. C’est ça !

Des mâles pour protéger ton petit cul, oui ! Quand , dans le même temps, tu rentres, chauffeur à l’appui. Au chaud de la douche, regard condescendant, satisfait de décider.
Mais, ils ne sont que les gardiens de ta haine. De ta violence. De ta vengeance.
De gras du bide, De grand con. De triple menton.

Ils portent le drapeau de ta lâcheté.

……Car, dit il (elle ne sourit plus)….plus grave que faire la guerre….c’est prendre plaisir à faire la guerre. La penser, l’instrumentaliser la guerre. La concevoir (Elle pleure).

… Ton rôle, l’élite. Et sans toi, l’élite, point de boucherie de masse. L’intelligence en chirurgie, fabriquant de décharnés, créateur d’handicapés. Docteurs en chimie, ingénieurs en charcuterie…

….aaaaah, je m’emporte. Pardon, je vous ai fait pleurer.

…c’est rien, c’est rien. Dit elle ( elle sourit).

Comment dire tout ça à nos enfants ? (Il regarde en l’air).

Trouver une explication,……(silence), ce serait presque une façon de la « justifier ». De trouver les ingrédients. Puis les réunir encore pour recommencer.

Nous nous contenterons d’expliquer que certains hommes sont des méchants.

Et de lire, relire mille fois « Le petit Prince ». C’est déjà ça de gagné.

Ecoutez, en vérité, je préfère mettre la tête dans le sable et me dire que les grandes guerres auront été des anomalies de l’ histoire. Et parce que, en sortant cette tête du sable, je pourrais vomir….

Bonne fin de journée..

Au revoir les enfants….

RIME RICHE

Curé.

J’entends cul et raie. La musique des maux.

Le Pape a demandé pardon. Nous voilà rassurés. Des siècles de pédophilie catholique vont certainement s’arrêter là. Le jour 0 de l’ère de la chasuble de chasteté.

Mon petit doigt me dit que nous aurions pu gagner quelques années.

C’est bien le pardon. Le chiffon humide sur l’ardoise sale. Ou l’inverse.

Pour passer à autre chose. Ou à la même chose, le temps de l’oubli. Que la vague reparte. Puis revienne.

Moi, je ne pardonne pas. On me dit rancunier.

Vous dites bien ce que vous vous voulez.

Je préfère entretenir la mémoire. Je cultive le souvenir du potentiel, du probable, du déjà-vu.

Cela évite la récidive.

Peut être devrions nous y penser collectivement.

Amen.

 

 

CONS-TERRE-NÉANT

L’océan pourrit par les pieds, les sols suffoquent,
Les scientifiques sont sur les hanches, il y a longtemps qu’ils n’ont plus de genoux,
De l’intelligence collective subsistent quelques fragments,
La solidarité est parquée dans des réserves,

Facebook va ouvrir un site de rencontres…..sauvés !
Un baisodrome international à ciel ouvert,
Il est temps de construire des boulangeries, des boutiques et des hôtels autour.

LA LOI DU PLUS FAIBLE

Éphémère et contre tous, l’être humain a la faiblesse de ne pas penser au delà de lui.
Notre sphère, éternelle, le paiera de sa vie,
Quiconque se lève chaque matin en pensant à l’au-delà lève la main,
La planète est un objet fini, comme l’être humain,
Et lorsque l’être humain en aura fini avec la planète,
Alors, elle s’inclinera, ne vous faites aucun doute à ce sujet,
Et emportera avec elle le reste de l’humanité,
Le plus faible aura gagné,
Faute de n’avoir pas pensé au delà de son nez.

LE BOUT DES SAINTS

Saint Thomas croit ce qu’il voit. Quand à moi, je vois ce que j’entends. Peut être était il aveugle, je ne suis pas sourd…

… et, pour que la vie s’apaise, ne vois aucune raison,
Ne consens aucune valeur à la parole viciée de ces donneurs de leçon,
De ce manipulateur d’êtres en torchon.

Trois femmes aux seins nus dans la crèche de la place Saint-Pierre,
Mesdames, je vous accompagne par les mots, imaginez moi la bite à l’air,
Un perchoir pour jolis oisillons,
Sur cette symbolique de forfaitures répétées, ce sont leurs chants de Noel que nous entendons,

Que la scène est belle, pressons nous devant ce miroir en plastique,
Cette peinture en vomi,
En négatif cynique,
Venez les enfants, contemplez la vérité, la sagesse et le déni,

Soulevez les toges et vous y trouverez les poignards, les fioles de manipulation,
Et bien d’autres choses dont ils vous diront,
En s’agenouillant, les yeux clos juste avant l’offense,
Que le bonheur est au bout de la branche……

JOYEUX NOEL