FAUX COL

La matière la plus noble reste la matière humaine. Ni l’or, ni le diamant ne rivalisent.

Elle est complexe la chair humaine.

Mais, il n’est pas cher l’humain.

Il est mal apprécié.

A la quantité de ses « défauts », il se déprécie.

Lorsqu’il travaille, l’homme au col bleu a peur de l’homme au col blanc. Il se voit remplacé par des robots. Moins pénibles. Avec moins de défauts, de plaintes et de maux.

Lorsqu’il est mal foutu, l’homme à la génétique compliquée fait ce qu’il peut, s’excuse auprès de l’homme au col blanc.  Avec son plus grand sourire pour rendre allégeance à cet homme plus fort que lui. A celui qui lui offre des miettes de pain.

La tolérance ne pèse rien en face de l’urgence de produire.

A la place des cols « blanc mat », je m’inquiéterais.

Je me méfierais des cols « blanc brillant ».

MARATHONIEN

Le blanc dominant est aspergé de taches de sang,
Sur le costume du Pape et de ses courtisans,
Ce blanc dominé, de la tête et de ses épaulettes,
Par la laideur de ses leaders à facettes,

Marathonien de l’exaction,
Avant-gardiste de l’horreur,
Médaillé de l’ordre de la barbarie et créateur de la vexation,
Organisons le prix Nobel de la terreur,

Seul, sur les trois marches du podium, l’homme blanc s’installera,
De trois têtes, il gagnera.