JOKER MENTEUR

C’est l’histoire d’un Français et d’un Anglais qui discutent.

Le Français se présente : « nous, en France, nous avons un nouveau parti politique. Il n’y a plus de gauche et de droite. Nous sommes le parti En Marche. Nous ne sommes pas comme les autres ».

Et l’ Anglais de répondre : « Nous aussi en Angleterre, nous avons un nouveau parti. Il n’y a plus de conservateurs ou travaillistes. Nous sommes le Renew Party. Et nous non-plus nous ne sommes pas comme les autres ! »

Aha A-ha A-ha ! Oh Oho Oho ! Aha A-ha A-ha ! Aha A-ha A-ha ! Oh Oho Oho ! Hi hi hi ! Aha A-ha A-ha ! Oh Oho Oho ! Aha A-ha A-ha ! Aha A-ha A-ha ! Oh Oho Oho ! Hi hi hi ! Aha A-ha A-ha ! Oh Oho Oho ! Aha A-ha A-ha ! Aha A-ha A-ha ! Oh Oho Oho ! Hi hi hi ! Oh Oho Oho !

(Rires)

MATIN GLACIAL

Un matin froid comme on en vit le printemps. Une fraîcheur vive qui annonce la belle journée bleue. Sans nuage et qui attend que le soleil pose sa brûlure à chaque endroit pour l’illuminer et évaporer ce qu’il reste de rosée.

L’humeur est heureuse. La journée n’est pas préparée et elle résonne déjà d’improvisations réussies.

Ma femme est au téléphone. J’occupe mon cerveau par l’observation attentive et figée d’un environnement immobile.

Le silence règne. La nature est reine.

(Calme )

…. On sonne au portail. Ce n’est pas prévu. La quiétude est ruinée. « Qui est ce encore ? Mon esprit réagissait alors vivement : « jamais tranquille ! Faut il vivre caché ? Foutez moi la paix !! « …Je ne bouge pas. Le silence est de nouveau déchiré par un coup de sonnette.

Le portail est resté ouvert. 4 hommes en costume noir se distinguent de loin. Certains portent des mallettes à la main.

Ils s’avancent finalement sur le goudron du jardin. Je n’ aime pas leur visage et ils sont chez moi maintenant. Sans mon autorisation.

Ma femme continue de téléphoner. Et reste étrangère à cette intrusion.

Les visages se précisent. Les hommes se séparent. Ils marchent raides. Droits. De plus en plus vite mais,semble t’il, ils semblent incapable de courir. Coincés. Comme des machines. La situation est devenue anormale. Je n’ai jamais rien vu de pareil. Je suis en alerte maximale. Pétrifié dans mon hall.

Trois d’entres eux ont disparu de ma vue : ils se dirigent certainement vers la porte d’entrée.
Le 4ème approche dans ma direction. Il ne peut pas me voir mais je comprends qu’il me « respire », qu’il me sent à travers les murs. Il est petit, les cheveux sont longs et le visage buriné. Il marche vite, j’observe son pied gauche qui se pose au sol sans effort et qui soudain le propulse, sans bruit, avec une vitesse surnaturelle, tête en avant dans un carreau de fenêtre au dessus de ma tête. Il le brise. L’homme, jaillit en boule dans l’espace au milieu du verre qui éclate sans aucune résistance et dans un bruit assourdissant.

A côté de moi, un pot de rangement dans lequel je plonge ma main : je sais qu’il y a une paire de ciseaux. Je ressors cette arme et, sans hésiter et avec précision, mon bras se lance à l’assaut de homme auquel je ne laisse aucune chance. Le ciseau perfore la gorge que je traverse sans aucune difficulté. Mon corps est en convulsion et redonne un second coup de ciseaux dans cette gorge déchiquetée.

L’homme en noir tombe.

Je regarde maintenant la porte du couloir. Je pense à ma femme. Une proie pour les 3 autres. Ou sont ils ? J’ai les mains pleines de sang.
J’attrape mon fusil de chasse dans le corridor…
Je suis un tueur. Je le savais et maintenant, mon corps me le confirme.

Il est prêt. Je contrôle tous mes muscles. Je sais précisément ce que je peux faire avec. Ma mâchoire est figée. Je ressens tout. Je vois tout.
Il n’y aura pas de préavis, la prochaine cartouche tuera les 3 prochains à travers la porte….d’un seul coup.

On sonne…

Le soleil est partout.

LA MARCHE A BIAIS

Le biais cognitif  trompe le cerveau. Il existe tant et tant de sortes de tromperies que, finalement, nous marchons de biais. Tenter de comprendre et corriger ces tromperies nous ferait pencher de l’autre coté. Toujours en biais.

Nous titubons alors.

A tel point qu’il est raisonnable de se tromper de penser que le monde avance aussi de biais. L’état de la planète, l’état de nos passions, de notre environnement proche, de notre chez soi sont le fruit de la marche à biais. Une addition d’erreurs heureuses ou malheureuses. Mais, à aucun moment, maîtrisées.

Nos rencontres seraient le croisement de ballades à biais qui se termineraient bien à priori.

Ou pas.

Je fais l’erreur de croire que la plus belle ballade à biais est la ballade de la vie à deux. Avec, comme point de départ,  un face à face chanceux où deux regards se croisent et osent imaginer, au même moment, au même endroit, que le hasard a bien fait les choses.

Alors que, finalement, ils n’ont fait que marcher de biais l’un et l’autre jusqu’à se tamponner pour se redresser. S’assembler pour ne faire qu’un.  Puis repartir de guingois.

A biais.

LA CROTTE D’AZUR

Do you do you do you ST TROPEZ
Do you do you do you ST TROPEZ

Je suis allé au café,
Et je me suis bien fait niqué,
Pas de surprise, je ne me suis pas trompé,
c’est que nous sommes bien à ST TROPEZ,

Do you do you do you ST TROPEZ
Do you do you do you ST TROPEZ

Bientôt fini le temps des yéyés,
Qui vivra verra rire ou pleurer…

Do you do you crotte de nez….. 

BESNIER ! TU DORS ?

Invisible de honte à n’en pas douter,
Il n’y a pas de fortune innocente,
Il y a des succès mérités,
Et des réussites édifiantes,

Il ne s’agit pas de nier les fruits de l’histoire,
Les récompenses du labeur,
Les paris de la peur,
Qui font de nous un jour un puissant notoire,

Nous pouvons dédaigner, vivre chacun sur son plancher,
Sans oublier de partager la récompense de la terre,
Respecter les doigts calleux. Leur fierté de père, de mère,
Celle la même que tes grands parents t’ont léguée.