LE CHOIX DES TAS

Les élections modernes consacrent finalement la victoire des poissons rouges. Le poisson rouge garderait la mémoire d’un événement jusqu’à trois mois. Au maximum.

J’imagine les élections d’antan où les fautes étaient conservées en sous-sol.

J’imagine le faste des cérémonies qui vont honorer celui ou celle qui déshonore la fonction emblématique, l’être suprême que représente la Présidence de la République. Faut il avoir un si grand mépris de la considération des autres ou une rage si forte pour devenir le tout puissant.

Il (elle) la déshonore car, à aucun moment, le poisson rouge ne peut contempler l’être supérieur qu’il espère pour diriger et montrer la voie. Montrer l’exemple et lui faire reconnaître ses propres erreurs. Lui faire dire que, « oui, cet homme ou cette femme est bien le digne représentant de l’espèce humaine dans ce pays »…. »oui, il est bien plus grand que moi »…en conséquence de quoi, je lui donne ma voiX.

Le poisson rouge voit un homme qui réussit sa vie au prétexte de l’intérêt général.

Le jour du sacre, j’entends le brouhaha des arrières pensées, des comploteurs de la famille politique à laquelle je préfère opposer ma condition d’orphelin. Une arrière pensée de 60 millions d’hommes et femmes qui vont s’engouffrer, pour ceux qui n’y étaient pas déjà, dans la brèche de la faute pardonnée, de l’arrangement avec soi-même. Laissant le pays dans le désordre intellectuel dans lequel il est depuis notre big-bang imaginaire.

Monsieur (Madame) Le (la) Président (e), vous êtes un(e) personne d’exception mais vous n’êtes pas le repère attendu. Le référentiel du monde meilleur. C’est aussi probablement trop vous demander. Vous subissez votre éducation, la haine des ratés, le modèle de la réussite et vos envies de l’unique vie qui vous est prêtée.

Gouverner, c’est être plus fort que les autres. Ce n’est pas être plus sage.

Un poisson rouge foncé.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *