EN PASSANT…..XV

Je connais un type, il est tellement con que je lui ai offert une boite de petits pois, Chaque fois qu’il la regardera, il verra son visage mille fois.  

 

Le monde des voisins et du travail ont ceci en commun qu’ils créent des relations humaines forcées. Nous ne sommes jamais à l’abri de coups de chance ; il faut les saisir. Mais la naïveté et la contrainte n’ont jamais fait bon ménage.
Pour le naïf.

Mettez un cerveau sur des rails, vous aurez un train. Qui peut même ne jamais s’arrêter en gare. Vous aurez une machine. Qui fonctionnera sans relâche. Il peut cependant dérailler un jour. C’est le problème majeur : une grue ne suffit pas pour le remettre d’aplomb. La métaphore s’arrête là.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *