ANESTHESIE

Anesthésie. Quel joli prénom. Quelle jolie mélodie.

Tes yeux qui, seuls, voyagent, défibrillent en vain ce cœur atteint,
Un filet de bave sur ton volant. Et, autour de toi, tous ces gens qui bavent en compagnie,
Secoués d’hémorragies nerveuses. Enchaînés à l’horloge qui fuit et fige leurs vies,
Avec l’espoir de devenir vieux pour, un jour, échapper à ce même demain,

Parmi ce flux de chair et ce flot d’absents, les imbéciles heureux qui bavent sans savoir.
Sans comprendre. Abrutis innés, heureux condamnés à l’inutile et à l’idée de comptoir,

Mon cerveau malheureux de ne plus pouvoir penser.
D’aller chercher tout au fond l’inspiration. Anesthésié, cloué à la seringue,
Du travail. Rappelons le, qui est la santé.
Mais si tu y perds ton sang, t’es dingue,

Englué dans un gris lessivé,
Condamné à s’évader sous peine d’être anesthésié.

LA CICATRICE

« Seules les expériences et les cicatrices font d’un garçon un homme ».

Une cicatrice est une preuve visuelle des conséquences de l’impossible, est une émotion condamnée.

Une cicatrice est une fermeture éclair de plaie. Elle fonctionne dans les deux sens. Elle est fixée sur le cœur et peut toujours s’ouvrir. Mais elle dénature ce lobe parfait dont le galbe est détruit.

Enfermée du coté cœur, la passion créatrice de cicatrice s’est trouvée une place au milieu des machines qui aspirent et qui poussent le sang. De loin, seule une lueur se distingue. Pousse, écarte le ventricule, voilà une bille d’un rouge vif volcanique qui te perce la pupille. Comme un organe vivant et visible d’une bête terrée qui ne demande qu’à surgir.

 Une bête bien vivante, alimentée par l’odeur, l’image, le son et le toucher du souvenir.

De l’autre coté de la cicatrice, le monde des vivants et du paraître. Celui du bruit, des gens et du visible. Le monde normal. Un monde normé. Celui des conventions et des situations engagées, légitimes, irréversibles et cadrées. Le monde des chemins tracés ou à dessiner.